Quand la mode rencontre l’art

L’histoire d’amour entre la mode et l’art est une relation de longue date. Elle s’est épanouie au cours du siècle dernier, tandis que les frontières entre les domaines créatifs sont devenues de plus en plus floues.

Les origines de cette relation

Julien Tomasello, co-auteur du livre « Art et Mode : Collaborations et connections entre des Icones » publié en Octobre dernier, indique deux facteurs majeurs à cette relation. « Les mondes de la mode et de l’art sont aujourd’hui étroitement liés, » déclare Tomasello. « Leur relation mutuelle s’est développée tout au long du XXème et XXIème siècle. Je pense qu’il y a deux raisons à cela : premièrement, le succès des collaborations passées entre l’art et la mode, comme avec Elsa Schiaparelli et Salvador Dalí, qui ont graduellement diminué les hésitations que pouvaient avoir ces deux milieux magnifiquement narcissiques à travailler ensemble. Deuxièmement, la demande incessante pour de nouveaux stimuli dans notre société techno-dépendante et en soif de culture. Cette demande des consommateurs affamés a fait se former de drôles de tandems dans ces deux mondes, lorsque ces visionnaires firent équipe et tournèrent à plein régime en produisant des biens visuels jamais vus auparavant. »

Schiaparelli et Dalí

Si l’on veut se pencher sur cette relation, on doit invariablement commencer avec Elsa Schiaparelli. Désignée de manière désobligeante par Coco Chanel comme « cette artiste italienne qui fait des vêtements », Schiaparelli était l’enfant terrible et original de la mode. Les deux femmes étaient contemporaines, elles ont toutes deux lancées leur maison de couture dans les années 1920, mais Schiaparelli s’est positionnée au cœur de l’avant-gardisme parisien des années 1930. Elle comptait parmi ses amis proches les artistes les plus connus de l’époque : Salvador Dalí, Man Ray, Christian Bérard, Jean Cocteau… De leurs relations sont nées des créations farfelues. La plus célèbre d’entre elles, la Robe Homard, que Dali a peint à la main, mais également le magnifiquement surréaliste Chapeau-Chaussure, également de Dali, ainsi qu’un manteau de soirée imaginé et conçu par Cocteau qui représente deux profils se faisant face, fidèle à sa marque de fabrique. Même si Schiaparelli n’était peut-être pas la première créatrice de l’histoire à s’appuyer sur le monde de l’art, elle était certainement la première à le faire d’une manière si populaire. « Afin que tout art ait une vraie signification, il faut qu’il y ait un public à influencer, » ajoute Tomasello, « et il est certain que Schiaparelli et Dali avait un public dans le monde entier qui suivait leurs créations. ».

Yves Saint Laurent

Un autre exemple célèbre de mélange entre art et mode est venu grâce à Yves Saint Laurent. En 1965, le créateur a présenté une collection destinée à rendre hommage aux oeuvres de ses artistes modernistes préférés. Parce que six de ces robes de soirées étaient inspirées des travaux du célèbre artiste néerlandais Piet Mondrian, la collection est depuis connue sous le nom de « La Collection Mondrian ». Composée de rayures noires s’entrecroisant ainsi que de cubes de couleurs primaires dans le style de « néoplasticisme » de l’artiste, l’une de ces robes fit la une du magazine Vogue France. Saint Laurent, lui-même artiste, rassembla une collection d’art importante tout au long de sa vie – de Picasso à Cézanne en passant par Matisse, ses sources d’inspiration étaient multiples.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *